Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

banniere_finale.jpg

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 05:00

     Après avoir vu Harry Potter 5 au cinéma lors de sa sortie en salle, je m'étais juré de boycotter les films 6 et 7 (et 8, du coup). Ma faiblesse deviendra légendaire, j'en suis persuadé, parce qu'il y a quelques jours, je suis allé voir Harry Potter et les Reliques de la Mort partie 2. En 2D, parce que faut pas déconner.

 

600full-harry-potter-and-the-deathly-hallows_-part-2-poster.jpg

 

Je pourrais terminer ici en disant que c'est nul à en déféquer sur son fauteuil, mais ce serait méchant, alors je vais expliquer un peu pourquoi on pourrait faire l'effort de lever son popotin pour épargner le-dit fauteuil.

 

Le flim (toujours pas un flim sur le cyclimse, je me demande quand quelqu'un aura enfin l'idée d'en faire un) commence sur un plan classe de Poudlard cerné par les Détraqueurs et Rogue fait une tête de méchant à la fenêtre de son bureau. Profitez de ces 5 secondes, le reste c'est généralement moche et raté.

Le vilain Voldemort vole la baguette de Sureau dans la tombe de Dumbledore...

 

(oui, alors je vais pas tout expliquer parce que J.K.Rowling l'a très bien fait, et il lui a fallut 7 romans. Donc si vous n'êtes pas familiers avec l'univers de Harry Potter, vous risquez de pas piger grand chose)

 

...alors que Harry, et tous ses potes font une rave à la maison aux Coquillages. Ils passent un marché avec Gripsec (un gobelin de la banque de Gringotts) afin que celui-ci les emmène chercher l'un des horcruxes dans le coffre de Bellatrix Lestrange. On peut profiter de la petite scène de semi-interrogatoire pour se rappeler que Daniel Radcliffe est probablement le plus mauvais acteur du casting, ce qui en soi constitue une petite performance justifiant sans doute son salaire. Je crois que j'ai jamais vu un type avec une telle gueule de con un jeu aussi figé. S'il n'avait pas ses lunettes, il pourrait faire doublure de piquet.

 

Hop hop hop ! Ne perdons pas de temps. Nous voilà à Gringotts. Passons la scène chiante de l'intrusion polynectarisée. On arrive face l'un des seuls personnages qui ont réussi à m'émouvoir un peu durant le film : le dragon. En images de synthèses, oui. Et pas vraiment belles en plus. Mais il était crédible, c'est déjà beaucoup plus que certains acteurs principaux avec des lunettes. Et puis je suis comme ça moi, j'aime pas qu'on maltraite les animaux (par contre, les enfants, les vieux et les trisomiques, vous pouvez y aller).

 

HP7-Dragon.png

Petit oiseau, si tu n'as pas d'aile...

 

Harry, Ron et Hermione finissent par s'envoler à dos de dragon, dans ce qui aurait pu être une putain de scène d'évasion mais qui est juste ratée parce que David Yates l'est lui même s'est mal débrouillé. Ils finissent par sauter du dragon en vol et le laisser libre comme l'air (avec des pratiques aussi irresponsables, pas étonnant que les anglais aient besoin d'un extraterrestre pour les défendre).

 

Me remémorer ce passage m'a mené à un constat : dans le film, Harry, Ron et Hermione provoquent et/ou rient de la mort de plus de gens que ne le font Voldemort et son armée. C'est fort.

 

Puis, direction Poudlard, pour chercher le diadème de Serdaigle. Mais chut, surtout les gars, ne nous faisons pas repérer. Pour cela, allons nous anoncer à tous nos potes qui se font chier en cours, puis, carrément, allons défier Rogue dans la salle commune, devant tous les élèves (qui n'ont pourant jamais paru si peu nombreux...). De mise en scènes débile en mise en scènes ratées, on arrive à 15 secondes de bonheur un peu terni : la rebellion du professeur McGonagall qui engage un duel avec Rogue, prend le contrôle de Poudlard et organise sa défense alors que l'armée des Mangemorts se met en branle (ce n'est pas sale). Le duel est trop précipité pour que la scène soit réussie, alors qu'elle a le potentiel pour en jeter grave, et la mise en place des défenses pèche par une direction artistique discutable (comme le reste du film, en gros).

 

D'une manière générale, on sent que les scénaristes en charge de l'adaptation on voulu brouiller les pistes. Si dans les romans, seul le rôle de Rogue est ambigu (enfin jusqu'au passage de la pensine), dans le film, on pourrait penser que tous sont méchants. Après Ron qui blague sur la mort de nombreux gobelins brûlés vifs par le dragon (y'a plus joyeux comme mort), c'est au tour de McGonagall de mettre son cache-oeil "i love Jean Marie" et d'enfermer tous les Serpentars dans leurs chambres. Parce que se sont tous des putes, sans exceptions. Comme les arabes et les ukrainiennes, en fait, mais avec des chapeaux pointus.

 

McGonagall.jpg

Le premier qui bronche, je l'envoie en colonie de vacances en teutonie.

© Minerva "Adolfette" McGonagall 

 

Alors que Voldemort lance l'assaut contre l'école des sorciers, Harry, Ron et Hermione se rendent compte qu'à cause de leur cerveau mono-tâche, ils ont oublié de détruire les Horcruxes. Bah ouais merde, ils étaient quand même là pour ça. Pendant que Harry part chercher le diadème de Serdaigle, Ron et Hermione prennent leur courage à quatre mains et partent ensemble arracher une dent au Basilic mort depuis 5 flims, déjà. Ah et là ils se font un bisou crispé et mouillé. Ils passent leur temps trempé, de toute façon. A ce moment là, en peut être 45mins de flim, le trio est passé sous une cascade à Gringotts, a sauté dans un lac pour se libérer du dragon, et se prennent de l'eau sur la gueule sans qu'on sache trop pourquoi une fois pris un croc du Basilic. Dans la période de sécheresse qu'on traverse en ce moment, ça fait provoc'.

 

Voldemort, qui vient de perdre un bout de son âme lorsqu'Hermione utilise le croc de Basilic sur le Horcruxe en leur possession, décide finalement de lancer sa grosse attaque pour détruire le bouclier magique qui protégeait Poudlard. Bah ouais, c'est comme toujours avec les méchants, au début ils ne se foulent pas, c'est que quand ils se rendent compte qu'ils perdent qu'ils finissent par utiliser leur vrai pouvoir. S'en suit une scène supposée drôle - mais d'un classique affligeant - mettant en scène Neville nargant ses adversaires, avant de se rendre compte que le bouclier n'est plus et qu'ils peuvent enfin l'attaquer. Les mangemorts attaquent donc, aidés par des géants finalement assez petits comparés à la taille qu'ils devraient faire. La mise en scène à coups de grands plans larges façon Seigneur des Anneaux est juste bien trop molle pour qu'on ne croit un seul instant au champ de bataille. La dernière fois que je me suis fait autant chier devant une scène d'action, c'était pendant Inception, et encore je trouve Nolan meilleur, c'est dire.

 

EllenPage.jpg

Dans Inception, au moins, y'a Ellen Page. On pardonne plus facilement.

 

Pendant ce temps, Harry trouve le diadème dans la Salle sur Demande (je fais la version courte). Mais ohlala attention ! Y'a Drago Malefoy, Crabbe et un noir (j'ai rien contre les noirs, hein, mais.... hein ?!) qui viennent chercher la baston. Là, on se rend compte que c'est l'acteur qui joue Malefoy qui devrait être à la place de Monsieur Tendu Daniel Radcliffe. Mais ouf ! Ron et Hermione arrive à la rescousse. Mais arg ! Crabbe (ou Goyle, remarque) foire un sort de feu qui met le feu (du coup) à la salle. Poursuivis par des chevaux de feu, des pantères de feu et des serpents de feu, Harry, Ron et Hermione parviennent à s'échapper gràce à des balais qui sont apparus "pouf" comme ça devant eux au détour d'une transition ratée entre deux plans trop rapides pour être lisibles. Et ils parviennent à sauver Malefoy et le noir (pour une fois) mais laissent cramer l'autre nase, parce qu'il faut bien rigoler de temps en temps quand même. Au passage, le diadème brûle dans les flammes. C'était bien la peine de se faire chier à aller chercher une canine sur un cadavre de serpent géant,  tiens. C'est tellement peu hygiènique.

Harry-Potter-And-The-Deathly-Hallows-2-Trailer-Part-Second-.jpg

 

Un petit coup de télépathie, et le trio se dirige vers les berges du lac. Fichtre, ils assistent alors à la mort de Rogue. Encore une fois, une scène qui pourrait être méga-classe - les attaques répétées de Nagini sur Rogue, si sa brutalité était bien rendue -  est gachée. Mais bon, c'est pas vraiment une surprise. Harry récolte les larmes de Rogue - ça a l'air super ridicule dis comme ça, à l'image ça l'est encore plus - les met dans la pansine, et on assiste à la scène tant attendue des révélations du plan de Dumbledore (celui que les Cylons voulaient lui piquer). Je craignais le pire, et c'est probablement pour ça que j'ai été agréablement surpris. Pour une fois depuis le film 3 je dirais, on comprend tous les enjeux d'une scène même sans avoir lu le livre. Et du premier coup. Tous les détails sont là. Ceci dit, avoir chié dans la bouche de Rogue pendant 7 ans, alors que finalement c'était le seul type à réellement se soucier de lui, ça ne semble pas trop déclencher de regrets chez Harry.

 

Petite parenthèse pour préciser que Voldemort ordonne à Nagini de tuer Rogue, ce qui est d'une incohérence affligeante : Voldemort veut tuer Rogue parce qu'il croit que ce dernier est propriétaire de la baguette de Sureau. Or, devient propriétaire d'une baguette celui qui tue/désarme l'ancien propriétaire. Ce devrait donc être Nagini, le nouveau proprio.

 

Voldemort annonce ensuite le retrait de ses troupes, qu'il ne veut pas de mal aux sorciers (ben tiens), et qu'il attend dans la Forêt Interdite que Harry sorte les bollocks et vienne l'y retrouver. Suivent deux trois dialogues chiants voulant nous faire croire que Harry n'ira pas histoire de faire un pseudo effet de surprise qui partait de toute façon perdant pour peu que l'on ai lu le livre... Enfin bon.

Harry sait qu'il doit mourir alors il se laisse tuer. Ah. La scène est ratée. La transition entre le moment où il prend le Avada Kedavra dans le bide, et celui où il se réveille dans - disons- l'entre-de-mondes, c'est juste un flash blanc moche qui fait qu'on a plutôt l'impression qu'il s'est téléporté. Pas une seconde, Yates a joué sur le fait qu'on pourrait penser Harry mort "pour de vrai" quelques instants. Non non. Vite vite, on se débarasse des scènes. Vite vite vite.

La scène suivante, la rencontre entre Harry et Dumbledore, elle aussi très attendue est... ratée. Mais alors nulle nulle nulle. Le dialogue est mou, Chambon est toujours mauvais dans ce rôle, et ce n'est qu'un rabachage de ce qui a été dit lors de la scène de la pensine... Non mais sans déconner quoi... Même pas un petit effort... La scène est absolument inutile dans le film.

 

6-17-neville.jpgHarry se réveille, pouf, mais il ne le dit pas. Bien évidemment, entre cet instant précis, et la scène où il va finalement se décider à bouger son cul de fénéant, nous auront eu droit à de nombreux plans insistants sur ses paupières qui bougent pour que l'on n'oublie pas que c'est une ruse de sa part. Un vieux truc de réalisateur.

Voldemort, tout fier qu'il est d'avoir finalement réussit à tuer un sale morveux d'à peine 17ans (tu parles d'un seigneur des ténèbres...), retourne à Poudlard pour se la péter grave. Après un discour cliché-chiant de Néville comme quoi Harry Potter il était trop cool et il restera dans son petit coeur meurtri, Harry se réveille ! Tadam ! Surprise générale ! Hagrid en lache probablement en pet, enlevé au montage.

La bataille reprend. Les insultes fusent, comme "Pas ma Ginni, Connasse !". Oui, ça a changé, Harry Potter.

 

Si vous avez tenu jusqu'ici, ne lachez pas prise, on arrive aux deux scènes les plus ridicules du flim (et peut être du cinéma en général). La première arrive très vite. Harry se retrouve face à face avec Voldemort sur le toit d'une tour qui passait par là. Ni une ni deux, il attrape Voldy (son petit surnom mignon) et se jette de la tour. Genre, il est mort une fois y'a 10 minutes, il peut bien le refaire. J'ai vraiment pas compris ce que ça vient foutre ici. C'est pas dans le bouquin, c'est pas héroïque une seconde, c'est pas crédible par rapport au personnage, et en plus c'est (encore) mal foutu. Bref c'est une mauvaise idée qui a été gardée.

 

Pendant ce temps, Neville tue Nagini au relenti à l'aide de l'Epée de Griffondor. Seul plan bien foutu du film. Il dure 5 secondes max.

 

Voldemort sent que Nagini vient de mourir, il est triste, mais il a un combat à mener. Sauf que voilà, c'est trop tard. Harry profite de ce petit moment de faiblesse pour lancer un genkidama sort qui tue (lentement) son adversaire (qui lui, sensé être le grand méchant, utilisait l'Avada Kedavra, sort instantané, pour le faire. Quand je dis que les rôles sont inversés...).

Pouf, Voldemort devient tout noir, puis tout mort. J'espère qu'il ne faut pas y voir un message de la part du réalisateur.

La baguette de Sureau s'envole, dans un ralenti des plus ridicules, Harry la rattrape. Fou rire général dans la salle à ce moment précis. C'est dire.

 

 

Wouh trop bien !

Vient ensuite, très vite, la fameuse scène se déroulant 19ans après ces événements. Pas grand chose à dire dessus. Très classique, un simple dialogue. Impossible à rater. Impossible ? Ah merde, ils ont foiré les maquillages. Harry, Ron et Hermione, qui sont sensés avoir 35-36ans, semblent presque plus jeunes que dans le reste du film...

 

 

 

Au final, ce Harry Potter et les reliques de la mort partie 2 est bien tout pourri comme je m'y attendais. Restent à sauver deux trois plans sympatoches qui se démarquent uniquement parce que le reste est très mauvais. Et on pourrait à la limite sauver le rythme qui, bien que pas du tout maitrisé, parvient à rester suffisamment soutenu pour garder notre attention.

Le meilleur côté restera donc que le massacre est enfin fini. Je vais me replonger dans les romans, moi...

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
<br /> <br /> Raimaru: Nan nan, c'est bien l'autre qui est tombé dans les flammes.<br /> <br /> <br /> Gclems: Félicitations, ton article m'a fait hurler de rire. Mais bon, moi comme je m'y connais peu/pas en cinoche, je fais pas gaffe à ces histoires de réalisation, alors j'ai trouvé que même si<br /> certaines scènes sont archi nulles (le coup du "on tombe dans le vide", j'ai toujours pas digéré), c'était plutôt divertissant, comme film. Pas du grand art, mais divertissant. Si on s'arrête pas<br /> trop sur les détails.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> C'est le noir qui est mort il me semble. Et pis ils ont refait la scène 19 years later six mois après la fin du tournage parce qu'ils trouvaient qu'ils avaient mis trop de maquillage.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Je dirais pareil bonnasse. Moyen bof. C'est peut être que moi, mais j'ai toujours l'impression que ça serait illégal.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> C'est bien beau tout ça, mais tu n'a pas donné l'information la plus importante. Est-ce que Emma Watson est plus bonasse ou moins bonasse depuis qu'elle n'est plus un jailbait ?<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre